Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]



 

Partagez | 
 

 Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]

Aller en bas 
AuteurMessage
Yamrah Eteri

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 04/08/2013

MessageSujet: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Mer 4 Sep - 16:15

Bon. Ma dernière mission a été ce qu'on pourrait de très très loin appeler un échec monumental. JE ne l'appellerais pas comme ça, bien entendu. Mais les Archivistes, en revanche, ont tiré une tête de trois pieds de long. On aurait dit des Changelins. De mon côté, j'ai trouvé que ces croquis étaient de petites perfections (comme tout ce qui naît sous mes griffes, je dois admettre en toute modestie) et que ce que Kobito avait ramené étaient des morceaux choisis. Et SURTOUT, le plus important, notamment à mes yeux (enfin à mon œil) c'est que nous étions vivants tous les deux. Enfin, tous les deux, peu importe. J'aimais bien le petit Kitsune, mais j'étais en vie, et ça comptait plus que tout.

Fort de ma première expérience en tant que Chat-rpenteur, je me dirigeais donc désormais vers... ma chambre. Pour une bonne sieste. Parce que les émotions, c'est bien connu, ça creuse, mais ça fatigue, surtout. Donc, ce repos, je l'avais bien mérité. Et je me jurais que, la prochaine fois, j'irais dans un coin calme où la Mana Blanche était abondante. On ne m'y reprendrais plus à faire de l'exploration sauvage. Je suis un chat CIVILISE, mettez-vous ça dans le crâne!

***

Bon, je m'étais peut-être un tout petit peu avancé en disant qu'on ne m'y reprendrais plus. Non, pourtant, tout avait bien commencé. J'avais fermé les yeux, j'avais senti la Blanche, je l'avais suivie... Bon, comme d'habitude, je m'étais senti écartelé, dépiauté, démoustaché, déshabillé, mais j'étais revenu entier, comme toujours (et je ne crois pas que ça cessera de m'étonner un jour, sauf si je comprends les tenants et aboutissants exacts du voyage de l'Arpenteur). Et là, malgré mon génie, ma préparation, ma perfection annoncé, et ma flemme légendaire, je m'étais retrouvé dans un micmac incompréhensible.

Des gens, partout, qui parlaient en une langue que je ne comprenais pas (effectivement, je ne m'étais jamais posé la question. J'aurais peut-être dû avant de me lancer à l'aventure), qui se battaient (oui, je sais, je choisis toujours mon moment, non arrêtez, il y a des épines sur les fleurs que vous lancez, là). Évidemment, je n'en connaissait pas la raison, donc je refusais de prendre partie. Pas fol le chaton! J'avais cru apercevoir un autre représentant du Peuple-Chat, mais d'une autre race, quelques oiseaux qui m'avaient donné faim. Mais je n'y comprenais goutte. Et donc, discrètement, du coin de l’œil (forcément, d'un seul. De l'autre, c'est un peu complexe) j'essayais de trouver une échappatoire. Le seul avantage, bien entendu, c'est que l'abondance de Mana en ce lieu me faisait presque frissonner.

Ce qui me faisait penser qu'il y avait un petit quelque chose que j'aurais voulu essayer... Ah, une porte de sortie (métaphorique, nous sommes en extérieur). Ce qui me fait me poser une autre question. Est-il possible que l'on se "matérialise" en superposition avec quelque chose de déjà existant? Enfin, tout dépend de si on se dématérialise ou si on se téléporte (au sens premier du terme) en entier. Est-ce que la collision métaphysique (et non plus métaphorique) est possible? Et est-ce qu'on peut arpenter directement dans un bâtiment si on le connaît (j'ai au moins retenu cette histoire de visualisation, de ce que le Sage avait raconté)?

Les magnifiques questions qui me tournent dans la tête pendant que je prends la poudre d'escampette (et en plus ça rime, je suis génial). Enfin, j'aurais dû réussir à m'échapper, si je n'étais pas tombé (ou plutôt rentré) dans un obstacle inattendu. Ah ça, pour sûr! Qu'est-ce qu'il faisait là, ce gros... Lion?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soren Ormurin

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 19/08/2013
Age : 24
Localisation : Sur la route

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Jeu 5 Sep - 14:42

La guerre, la guerre ne meurt jamais. Depuis que l'homme a découvert le pouvoir de tuer, avec de simples cailloux, le sang a été répandu au nom de tel ou tel dieu, de telle ou telle idéologie. J'avais transplané sans trop faire attention, vers l'un des plans dont m'avaient parlé les érudits de l'Entre-monde afin de découvrir ce qu'il en était et quels savoirs je pourrais en tirer. Si on m'avait dit qu'ils ressembleraient à ça, je crois que j'aurais fait demi-tour. J'avais atterri non loin d'un campement de chevaliers en armures massives et aux armes luisantes. Curieux, je m'étais approché et m'étais annoncé afin que s'ils me repèrent, ils ne me prennent pas pour un espion. L'accueil n'avait pas été des plus amicaux mais avec de la patience et un bon tour de langue, je les convainquis de ne pas m'écarteler comme suppôt d'un de leurs démons.

Mes explications vagues et flous les avaient apparemment satisfaits et je pus leurs demander la raison précise de leur présence en armes sur un terrain tel que celui-ci. Ils m'expliquèrent qu'ils allaient en renfort assister une armée plus grande face à une horde d'engeances démoniaques qui attaquaient une de leurs cité. Je leur proposais de les accompagner et de me rendre utile afin d'en apprendre plus sur ce plan ce qu'ils acceptèrent tant que je "ne les gênais pas plus que ça". Pour la politesse on repassera.

Le lendemain donc, nous arrivâmes dans une vallée assez large où le fracas des armes et les cris de guerres résonnaient à ne plus savoir quoi en faire. Je crois que nous étions arrivés. Un hurlement jaillit de la gorge du chevalier capitaine de l'unité que j'accompagnais et tous dégainèrent leurs armes avant de charger joyeusement au combat, m'entrainant avec eux sans s'en rendre réellement compte. Je me retrouvais donc au beau milieu d'une mêlée dantesque où la mort et le sang jaillissaient de partout. Au fond de moi, je ne sentais que la mana blanche me répondre et su dès lors que mes connaissances de la bête ne seraient guère très utile en ce lieu. Lames aux clair, je parais les coups portés par des créatures aux faciès abjects et aux intentions peu louables, avant de contre-attaquer rapidement. Un coup m'atteignit dans le dos, laissant une belle entaille maculer de sang ma superbe fourrure, alors que j'abattais un troisième monstre. La douleur irradia tout mon corps et je sus dès lors que si je restai ici, j'allais offrir ma peau comme décoration pour un général trop arrogant. Je commençai alors à me faufiler vers le bord de la mêlée, bien décidé à foutre le camp pour soigner cette blessure.

Alors que j'avançais lentement, tuant au passage quelques abominations de plus, une lueur apparut et quelques instants après, quelque chose vint me percuter sur le flanc, me faisant ainsi chuter sur le dos, en plein sur la plaie ouverte. Je ne pus retenir un rugissement de douleur, mais, il fallait à tout prix que je me sorte de là. Je me relevais et vis alors la raison de ma chute. Un autre félin, mais beaucoup plus petit que moi. Mais qu'est-ce que...?
Une épée fendit l'air à quelques centimètres de mon visage avant de venir décapiter un soldat. Je braquai mon regard vers le chat devant moi et lui dit d'une voix forte.
On fout le camp d'ici!
Je l'attrapais par le manteau et le calai sur mon épaule avant de reprendre ma route.

Il me fallu quelques minutes pour rejoindre les hauteurs, et quelques unes de plus pour m'éloigner de façon sûre du champ de bataille. là, je déposai le chat sur le sol et m'assis lourdement, bien content de pouvoir me reposer un peu. La douleur était extrêmement vive mais heureusement, la lame avait ripée sur l'os et rien d'important n'était endommagé. Je levais faiblement ma main et la passais très délicatement sur la plaie. Merde...ça saignait abondamment. Je levais le regard vers le chat et dit alors.
Désolé pour la rencontre un peu...cavalière mais...j'avais pas l'impression que tu avais ta place sur un champ de bataille.
Je marquai une pause forcée par une grimace de douleur avant de reprendre d'une voix plus faible.
Au fait...moi c'est Soren.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamrah Eteri

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 04/08/2013

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Ven 6 Sep - 7:21

Le fracas de la guerre, l'odeur du sang. Tout cela, malheureusement, m'étais bien trop familier. Mais jamais nos guerres n'avaient été aussi... métalliques. Parce que quand je dis fracas, là, j'ai l'impression d'entendre des casseroles qui se battent en duel. Mes pauvres oreilles bien trop sensibles sont plaquées sur mon crâne soyeux, et je remonte précipitamment ma capuche pour les protéger un peu. Ca me donne presque une ouïe humaine. Oui, sérieusement. Et dans ces cas-là, ça me plaît (la moitié du temps, je les plains simplement en me demandant comment ils arrivent à survivre avec leurs sens complètements tronqués).

Enfin, je m'étais arrêté au moment où un Lion me rentrait dedans (comment ça j'avais dit l'inverse? Non, non, c'est un accident non-responsable. Je vous assure. Comment ça vous ne me croyez pas?). Donc, non seulement il me rentre dedans, mais en plus il me dit de dégager, et ensuite il m'attrape par le col et me jette sur son épaule. Mais OU va le monde, par tous les Dieux ayant jamais vu le jour? Enfin, ce monde-ci, en tous cas. Le mien, je savais à peu près. Mais là, ces guerres auxquelles je ne comprends rien (comment ça, je n'ai demandé à personne?), ces hommes qui se tapent dessus, ces... j'ai cru voir des tentes de commandement à un bout du terrain, et d'autres où on emmenait les blessés. Je n'ai pas pu en voir plus. Avec un peu de chance, ils sont des guérisseurs desquels je pourrais apprendre quelque chose.

Mais très honnêtement, je n'ai pensé à tout ça que plus tard. Parce que présentement, balloté sur le dos de ce Lion géant, j'essaie surtout de retenir mon estomac. Et j'ai dû me retenir de lui labourer le ventre des griffes. On n'agresse pas les gens comme ça. Et... J'interromps mes plaintes intérieurs quand je tombe nez à truffe avec une plaie sanguinolente qui lui traverse le dos. Aaaah, ça je connais. Et vu comme il galope, l'animal, j'ai l'impression de retrouver mon frère. Non, je vous rassure, ça n'est pas un compliment. J'ai vu des aiguilles plus intelligentes que lui. Même des larves. Par contre, c'est un excellent guerrier (du genre "TAPEEEER!").

Je me tape le front des coussinets et le laisse faire. Vraiment, vraiment, les Dieux ont un sens de l'humour très particulier. Et franchement... Oups! Heureusement que je suis un Chat, sinon je me serais retrouvé sur mon séant après cet atterrissage forcé. Il halète comme un chien et sa blessure est vraiment moche. Franchement, comme je disais, ce n'est pas parce que j'en ai vu plus que ma part que j'apprécie les blessures à l'arme blanche. Quelques instants, j'hésite à lui proposer mes services plus physiques (j'ai de quoi coudre), mais la Mana Blanche est tellement abondante ici...

L'euphorie de cette sensation m'éloigne un peu de ce qu'il raconte. Mais quand j'y reviens j'ai l'impression qu'il me cherche un peu. Au lieu de ça, j'éclate de rire, dans mon ronronnement sifflant caractéristique. Oui, on me l'a déjà dit que je n'avais pas l'air taillé pour le champ de bataille. Ce qui me convient à MERVEILLE! Rappelez-moi quel adage a dit "que votre vie soit intéressante". Enfin bref. Nous nous sommes un peu éloignés, alors je retire ma capuche et daigne lui répondre (parce qu'il a l'air vaguement plus intelligent que mon frère. Sinon j'aurais grogné et il aurait compris ce qu'il aurait voulu):

"J'y ai souvent droit, ne t'inquiète pas. Enchanté, Soren, je m'appelle Yamrah. Et, si ça t'intéresse, je suis... guérisseur? Quelle que soit la façon dont on appelle les gens ici..."

Les locaux ne connaissent peut-être pas du tout l'Étincelle, ou même la "magie". Ils ne brûlent pas les gens sur des bûchers ici, si? J'aurais peut-être dû uniquement proposer de le recoudre... Mais j'ai vraiment envie d'être sûr et certain que ça peut fonctionner à nouveau. Parce que je suis à peu près persuadé de ne pas être mort (j'ai eu trop peur pour ça, sur Pthian), mais j'ai encore du mal à comprendre les incidences particulières de cette Mana sur moi et mes capacités.

Quoiqu'il en soit, je suis rassuré de voir que je comprends au moins ce que racontent les Félins locaux. A défaut de pouvoir parler avec tout le monde, je pourrais tout de même discuter avec lui. Enfin, Soren. Une fois qu'il sera remis, et à condition qu'il sache faire des phrases à peu près construites. J'ai bon espoir. J'ai même la Foi, je dois dire, en ce instant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soren Ormurin

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 19/08/2013
Age : 24
Localisation : Sur la route

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Dim 15 Sep - 15:08

Je crois que je viens de tomber sur un chat qui a sa place dans un salon, bien au chaud proche de la cheminée, à s'engraisser tranquillement et à passer ses journées à dormir plutôt que d'approcher ne serait-ce que d'un iota de l'action. Le genre de personne qui laisse les autres agir mais qui adore récolter tous les lauriers et la gloire. Ces personnes peuvent être sympathiques, mais ce comportement m'horripile au plus haut point. Il est là à se prélasser pendant que d'autres se crèvent le cul à la tâche. Enfin, ce n'est qu'une première impression et à ce qu'on dit, elles sont généralement fausses.

Je l'entends rire à ma remarque sur sa carrure. Au moins a-t-il le sens de l'humour...on pourra peut-être en faire quelque chose finalement de ce matou. Voilà qu'il m'annonce ensuite qu'il est guérisseur. Par tous les dieux, c'est bien mon jour de chance. Je ne vais certainement pas laisser passer ça et, à peine eut-il finit sa phrase que je lui répondis.
Guérisseur, prêtre, magicien...ici qu'ils les appellent comme ils le veulent, moi je m'en tamponne l'oreille avec une babouche. Par contre, j'dirais pas non à une petite auscultation. Il semblerait que les pouvoirs de guérison ne fonctionnent pas sur sa propre personne.

Constat des plus déplaisants s'il en est. C'est vrai que ce serait presque trop simple si le monde pouvait se soigner lui même. Les guerres ne cesseraient plus alors et deviendraient même un simple jeu, où l'on s'entretuerait gaiment, un immense sourire au lèvres, en attendant juste que l'autre se lance un petit sort sur sa pomme avant de recommencer.

J'expose donc ma plaie à mon nouveau "meilleur-ami-du-jour" afin qu'il puisse faire son travail. Il ne faut pas que je reste concentré sur la plaie et sa guérison aussi je relance dès lors la conversation
Et toi, d'où est-ce que tu viens? Encore une fois, à voir ta stature, tu n'es pas fait pour les batailles et ce plan en semble rempli. Tu es donc de passage, comme moi.
En espérant que je ne me trompe pas. Les locaux ont l'air assez tatillons aussi je n'aimerais pas me les mettre à dos par une phrase mal interprétée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamrah Eteri

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 04/08/2013

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Lun 16 Sep - 16:29

Une babouche? C'est quoi ça encore? Je ne comprends pas un traître mot de ce qu'il veut dire. Enfin si, la substance, qui globalement veut dire "Oui, grand Maître, quel que soit ton nom, soigne-moi". Néanmoins, j'en retire qu'il n'est pas d'ici. Mais est-ce qu'il veut dire, pas de cette région, ou pas de ce monde du tout, comme Kobito, ou comme moi? J'ai de la chance que ma tête ne soit pas des plus expressives. Parce que j'ai l'impression qu'un scenario ressemblant approximativement à moi m'éclatant le crâne sur un arbre se déroule en boucle dans mon cerveau.

Ce n'est pas un humour douteux qu'ont les Dieux. C'est un humour valant des tripes de scarabée! Je pars sur un coin où il y a de la magie blanche, pour voir un peu comment les choses se passent, je me dis que je vais peut-être trouver un petit guérisseur sympathique. Mais non... Je tombe sur, possiblement, un Arpenteur. Je dois être maudit. Je clos ma paupière vivante sur mon œil jaune et m'approche de son dos. C'est vraiment pas beau, et je ne sais pas s'il y a ce qu'il faut dans le coin pour nettoyer la plaie. En plus, j'ai vraiment envie de voir si je peux refaire ce coup de l'aiguille magique.

Quand il dit que les pouvoirs de guérison ne s'appliquent pas à sa propre personne, j'étouffe un petit rire. Et après, il se demande pourquoi je n'ai pas l'air d'avoir ma place sur le champ de bataille? Ça paraît pourtant évident. Il sait à quel point c'est compliqué de maintenir sa concentration quand on se recoud soi-même? Et cette Étincelle, cette mana, quoique ce puisse bien être par ailleurs, ça vient de nous. Tirer quelque chose de soi, le modeler et se l'appliquer sans se déconcentrer, ce serait un coup à se rater. Et très peu pour moi, merci. Je suis déjà borgne, je ne tenterai pas l'expérience avec une autre partie.

Du bout de la griffe, je retire les quelques saletés incrustées et je nettoie rapidement les bords. Pour penser à autre chose, certainement, Soren continue à parler. A croire qu'il cherche à m'énerver. Normalement on évite quand on est entre les mains de quelqu'un. Enfin les pattes. Pas les griffes, j'aurais l'air du méchant des mauvaises histoires. Quoique... Il a de la chance que je n'aime pas faire souffrir les gens. Et que je me moque comme de ma première broderie de ce qu'il pense de moi.

Cependant je me penche, métaphoriquement, s'entend, je n'ai pas besoin d'avoir le nez (la truffe, peu importe) dedans, sur ce qu'il me raconte. Je le trouve fort ouvert avec son identité d'arrivant d'"Ailleurs". Après tout, je ne me souviens pas particulièrement des règles, mais, je ne suis pas certain que les légendes sur les Arpenteurs soient légion. Et même s'il a déjà rencontré des Félins locaux, prudence est mère de sûreté, non? Ou alors, seulement pour les couards dans mon genre. Parce que pour les grands, forts et courageux guerriers Félins, peu importe, ils peuvent tout voir venir.

Rooh, je sens la vilaine tête de la jalousie pointer son vilain museau dans mes pensées. Je secoue la tête. Heureusement qu'il me tourne le dos. J'essaie désespérément de me vider l'esprit pour retrouver la source de ce blanc, au plus profond de moi. C'est terriblement facile, à cet endroit. Je me sens me lever, déjà presque plus maître de mes actes, et me pencher pour passer ma patte, coussinets vers lui, devant ses yeux. J'ai l'impression de devoir forcer un peu, mais que quelque chose en lui répond à ma propre Mana. Etrange, mais j'y songerai plus tard.

Pour l'instant, je ne pense plus. Je le sens s'effondrer, et je le retiens pour qu'il ne tombe pas sur le dos. Ce serait dommage, je viens de passer au moins deux minutes à nettoyer la plaie. D'ailleurs, je vois quelques morceaux oubliés s'extraire d'eux-même, et je retiens une grimace. Ce n'est pas beau à voir. Je ne sens pas l'aiguille dans ma main, et je ne sais pas si c'est parce que ça n'était pas nécessaire, si elle n'est là que pour appuyer le reste de mon "pouvoir", ou si c'est simplement que ça n'arrivera plus.

En attendant, le Lion dort comme une souche en train de se réparer sous mes yeux (enfin sous mon œil. Vous allez vraiment chipoter à chaque fois? A vous d'inventer des expressions adaptées, aussi...). Au moins, il avait raison sur un point. Il y a des batailles partout ici. Attentif, je m'accroupis, totalement immobile, mon bâton dégainé dans la main. Et je monte la garde. Comme un bon chien. Et oui, on dit que les chiens ne font pas des chats, mais l'inverse n'est pas vrai. Ce qui prouve notre supériorité, bien entendu...

La pensée fugitive de savoir comment il va réagir à ce sommeil impromptu m'effleure, mais je la chasse bien vite. C'est lui qui m'a demandé mon aide sans savoir ce que ça recouvrait, non? Du coup, je ne lui ai pas répondu... Du coup, je souffle, ironique:

"Oui, je suis de passage aussi, Soren..."

Un petit ronronnement m'échappe avant que je retourne à ma garde silencieuse alors que la nuit commence lentement à tomber. Ce voyage aussi promet...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soren Ormurin

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 19/08/2013
Age : 24
Localisation : Sur la route

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Dim 29 Sep - 6:25

La douleur, couplée au fait que je sois en train de me faire tripoter par un chaton de salon attendant son bol de lait, me terrassa et je sombrai alors dans l'inconscience. Je sentais dès cet instant mon esprit quitter mon corps (pourvu que ce soit temporaire) et commencer à voyager à son tour dans les limbes. Je ne sais pas combien de temps je suis resté dans cet état mais quoi qu'il en soit, je devais avoir vu des choses assez...troublante puisque lorsque j’émergeais de mon sommeil forcé, je dis avec une voix forte.
Je ne négocie pas avec les pandas!

Euh...qu'est-ce qu'il s'est passé? Mes yeux balayaient ce qui se trouvait devant moi. Oui...c'est là qu'on s'était installé avec Yamrah après la fuite de la bataille. La nuit était déjà avancée et je pus le voir en train de monter la garde. Mon dos me tirait et lorsque ma main passa sur mon épaule, je pus sentir la plaie qui avait été refermée, avec des mains expertes en plus. Je fis craquer mes articulations et dis finalement au chat, avec une voix plus calme cette fois-ci.
Heu...désolé. J'ai du faire un rêve...Je...merci. Merci pour la plaie et aussi pour la garde. J'en connais beaucoup qui se seraient barrés en me laissant à la merci du premier venu. Je te suis redevable.

L'honneur avait une place importante parmi les miens aussi me devais-je de respecter cette parole que je venais de donner. Les membres engourdis, je me levais, voyant si j'y arrivais encore, et fis quelques pas malhabiles. Mes bras et mes jambes (excepté celui qui avait subi la blessure) se remirent rapidement de leur état désagréable que je leur avait imposé durant ma sieste improvisée.
Tu as une idée particulière du chemin que tu souhaites emprunter? Si c'est le cas, permets-moi de t'accompagner.
Je m'inclinais légèrement, main sur la poitrine, en attendant sa réponse, avant de me redresser. Je pense que sa réaction va m'amuser.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamrah Eteri

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 04/08/2013

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Jeu 10 Oct - 17:39

Garde silencieuse, où les sens sont aux aguets. Où le regard parcourt l'horizon à la recherche de la moindre source de lumière. Où les oreilles sont grandes ouvertes. Où l'esprit analyse chaque clameur de bataille lointaine, chaque bruissement de feuille, chaque craquement de branche. Où la peur rend plus vigilant...

... Vous y avez cru, avouez. Vous vous êtes demandé s'il y avait finalement bel et bien un guerrier quelque part dans ce chat de gouttière famélique et pourtant si élégant que vous observez du fond de vos hypothétiques sièges, dans les profondeurs du Multivers. Et il est vrai que cette silhouette racée a pu vous induire en erreur. Cela dit, j'ai bel et bien fait l'effort de surveiller les alentours. Mais que voulez-vous, les habitudes ont la vie dure.

J'ai bien vite eu faim, soif, envie de faire à mon tour une sieste bien méritée. Croyez-le ou non, mais regarder quelqu'un dormir a tendance à assoupir les gens. Enfin, les Chats. Enfin, Moi. Et puisque je suis tout ce qui m'importe, je trouve cette généralité parlante et pertinente. Si bien que, au bout de quelques heures, j'avais ramené un petit en-cas à déguster sur le pouce (ou sur la griffe, au choix), trouvé à l'oreille une petite source que j'avais goûtée avec circonspection en regrettant que mon bon ami du jour, Soren, ne puisse la tester pour moi, et finalement entamé un projet qui me tenait à cœur. Ou presque.

Souvenez-vous, quelques... jours, semaines, mois plus tôt, en revenant de Pthian, j'avais proposé à mon compagnon du moment, Kobito, de lui créer un harnais pour son bâton, et un sac adapté à sa morphologie. Je ne reviendrai pas sur les erreurs et la bizarrerie du temps dans le Multivers et l'Entre-Monde. Simplement sur le défi que représente une entreprise telle qu'un harnais sur-mesure. Bien sûr, je n'ai pas encore mis la patte sur le matériau adéquat. Et j'ai bon espoir de pouvoir dénicher quelques nouveautés sur ce plan ou un autre. J'aurais espéré une mission moins dangereuse, mais la Mana et tous les Dieux ayant jamais vu le jour semblaient décidés à ce qu'il en aille autrement. D'autant que je découvrais avec stupeur et consternation que certaines personnes ne parlaient pas la même langue que moi. Quelle impudence!

Enfin, je digresse, je digresse. Tout ça pour dire que j'avais bien mieux à faire que surveiller le paquet de muscles poilus qui a sombré dans un sommeil réparateur en ronronnant. Ou en ronflant. Ou alors, c'est mon imagination débordante qui ajoute le son à l'image. Donc, dans le jour qui tombe, repu et las, je dessine, j'imagine. Je me disais de temps en temps qu'il aurait fallu que j'aille jeter un œil alentours pour vérifier que personne n'essaie de nous tendre une embuscade, mais j'ai besoin de celui qui me reste, et j'ai peur de ne pas le retrouver.

Toujours est-il que quand il commence à s'agiter, je range mon matériel en quatrième vitesse (je ne pas pourquoi en quatrième et pas en deuxième, ne me regardez pas comme ça), essuie mes coussinets couverts de charbon, et reprends mon bâton pour l'image. Je vous le dis, et ne l'oubliez jamais, les Chats ont un don pour vous faire croire qu'ils vont à hue quand ils sont à dia. Ou quelque chose du genre. Cependant, quand il s'incline pour me remercier et m'offrir ses services, pour le séjour ou la journée, je prends un air offensé et désintéressé. Un air presque honnête, je dois avouer. Je ne saisis toujours pas le concept de remercier les gens parce qu'ils font quelque chose. On fait les choses parce qu'elles servent, qu'elles sont utiles, ou qu'elles servent nos intérêts. Et là, utiliser ma Mana m'a servi autant que lui. Je ne comprends toujours pas la façon dont mes "pouvoirs" d'Arpenteur. Il me faut donc expérimenter.. Et je ne me vois pas vraiment courir partout pour massacrer les gens pour ensuite tenter de les soigner. Trop salissant. Trop fatiguant. Et en plus, il faut voir le genre de réputation qu'on traîne ensuite.

D'un autre côté, j'ai déjà dit précédemment (je suis bien obligé de me répéter, puisque vous n'êtes de toute façon pas à même de suivre mon intellect supérieur) que j'aime entretenir les clichés. En l'occurrence, celui du Chat de salon pour lequel il a l'air de me prendre. Pas vraiment faux, au demeurant. Mieux valent dix mauvais matelas qu'une seule bataille. Mais passons. Je me redresse donc en m'étirant, comme si j'étais resté immobile pendant des heures, le salue de la tête, et lui réponds de ma voix un peu nasillarde:

"Je t'en prie, je n'ai fait qu'aider un... camarade? collègue? en détresse. Cela étant dit, tu as compris ce qui se passe ici? J'entends la guerre mais n'en comprends pas la cause. Peut-être pourrions-nous essayer de trouver quelqu'un pour nous expliquer tout ça... Dans un village, peut-être? D'autant que tu dois être affamé."

Nous, bien sûr, puisqu'il s'est proposé. Et j'aurais bien dit "aussi affamé que moi", mais je me suis dit qu'il ne fallait peut-être pas pousser le bouchon trop loin... Il est grand, quand même.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soren Ormurin

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 19/08/2013
Age : 24
Localisation : Sur la route

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Dim 13 Oct - 10:29

La plus grande question de la journée reste et restera celle-ci: qu'est-ce que cet énergumène fait ici?! Sérieusement, je ne lui donne pas dix secondes sur un champ de bataille et seulement cinq avec une femme à fort caractère. Il m'explique ses pensées et me propose de comprendre le pourquoi du comment des conflits qui secouent ce plan. Pourquoi pas après tout? Je n'ai rien de prévu et ma curiosité pourrait en être satisfaite. Il me dit ensuite que je dois être affamé. Il est vrai que cette plaie et le temps passé m'ont un peu creusé l'estomac mais...rien d'insurmontable. Mon ventre gargouilla alors et je compris qu'il ne me servait à rien de me mentir à moi-même. Je pense quand même que le matou a parlé de se restaurer en pensant autant à moi qu'à lui. Je ramasse mon petit packetage et lui dis alors
Ca me semble être la meilleure des solutions. La bataille d'où nous nous sommes enfuis hier se trouvait au sud-est et les chevaliers que j'accompagnais m'on dit qu'ils défendaient une communauté plus vers le Nord. J'ai aucune autre piste et je t'avoue ne pas me sentir pleinement d'attaque pour en pister une autre. En route donc.

Le trajet allait soit être drôle, soit vraiment pénible, pour la simple et bonne raison que le matou n'a pas sa chaise à porteur et qu'il va devoir tenir une marche de plusieurs kilomètres sur ses pauvres petites pattounes qui m'ont l'air si sensible. Mais, je blague sur lui, il va en être de même pour moi. J'ai beau avoir été assisté par un guérisseur, la douleur reste tout de même bien présente. Et sur la distance, je sens qu'elle va me le rappeler. Mais mon orgueil de jeune Léonin en pleine fleur de l'âge m'obligera à ne pas le faire remarquer, ou, si c'est le cas, à minimiser la chose. C'est stupide je sais mais c'est comme ça.

Nous avancions donc, plus lentement que je l'espérais, au travers de passes dans les montagnes et les collines. Je marchais en tête, me demandant de temps à autre si je ne devrais pas fermer la marche pour protéger les arrières du matou (mais surtout les miennes parce que je le sens bien capable de s'enfuir, PUIS me prévenir du danger), ou rester à l'avant pour veiller à ce que rien ne nous arrive. J'y songeai au moment où une passe vers l'autre côté de la montagne s'ouvrit devant moi, révélant une cité bâtie de pierres blanches s'élevant en contrebas dans la vallée. Objectif en vue. Je m'assis alors pour reprendre mon souffle un instant et attendre le petit compagnon qui marchait derrière moi.
On y est presque. Tu tiens le coup où tu veux que je te porte? Avant même que tu ne répondes, c'est non.

J'veux bien être gentil mais faut pas pousser mémé dans les escaliers tout de même.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamrah Eteri

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 04/08/2013

MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   Jeu 24 Oct - 8:56

Je me rends compte que, plus j'en parle, plus je me rends compte qu'il est grand. Et fièrement bâti. Comme mon frère, oui, très exactement. La crinière en plus, cela dit. Ça doit tenir bien chaud. Non pas que cela m'importe, au demeurant, mais j'imagine qu'il doit faire froid, là d'où il vient. Il parle de la bataille de la veille, mais je ne me suis pas enfui. J'ai été chatnappé. Allez savoir, ce n'était peut-être pas pour le pire. Après tout, j'avais pu m'amuser avec la Mana. Cependant, cette histoire de chevaliers était intrigante. Il avait donc été capable de communiquer avec ces hommes? Hmmh... C'était un peu vexant. Probablement une affaire de discours guerrier. En tous cas, j'essaie de m'en convaincre.

Et donc, sans vraiment me demander mon avis, nous voilà partis vers, je l'espère, de meilleurs horizons. D'un autre côté, à moins de tomber, à nouveau, en plein cœur d'une bataille, ce ne pourrait pas vraiment être pire. Je range donc mon bâton dans son étui et entame la route avec mon compagnon léonin du jour. Et, tout en accomplissant cette tâche monotone (quoique je me sois fait avoir par l'aspect rocailleux. Je suis un chat de la jungle, moi, messieurs-dames...) je réfléchis. Le fait qu'il soit, très probablement, un Arpenteur également, ne m'éclaire pas vraiment sur la présence éventuelle d'autres représentants du Peuple-Chat en ces lieux. Et ne répond donc pas à la question "Nous connaissent-ils? Nous brûlent-ils vivants sur des bûchers en hurlant au Démon? Ou nous noient-ils dans des sacs qu'ils tapent contre les murs?" Croyez-le ou non, je n'aime aucune de ces deux solutions.

La marche s'éternise. Je continue à suivre Soren en bâillant ostensiblement et en m'étirant les bras. Mon habitat naturel ne me permet normalement pas des expéditions aussi longues. Louvoyer entre les arbres en quête d'un vague morceau de viande encore courant et hurlant n'a jamais été mon passe-temps favori. Cela dit, le rythme est bien plus lent que celui habituellement imposé par ma jeune sœur, donc je pense pouvoir tenir un moment. Un petit rire ironique m'échappe. Depuis quand ai-je attrapé cette fichue habitude d'essayer de paraître fort en toutes circonstances? Le Blanc m'a contaminé? Impossible! Après tout, nous sommes dans MES pensées, j'ai bien le droit de me plaindre. J'ai mal aux coussinets, j'ai soif, et surtout, je n'apprécie guère ces espaces dégagés. C'est surnaturel, croyez-moi. Extra-ordinaire, mais dans le mauvais sens du terme. Je n'aime pas sortir de mes habitudes, malgré ma curiosité maladive.

Je ne prête qu'une attention relative à mon environnement, les oreilles tournées vers l'arrière pour bien montrer le point auquel j'apprécie le déroulement des opérations, concentré sur l'idée de mettre une patte devant l'autre. Ma queue bat de mécontentement. Je pense pouvoir affirmer ceci : Je n'aime pas la montagne. Je m'apprête donc à demander grâce avec toute l'élégance dont je me sens capable (soit aucune, à cet instant précis, je suis véritablement fourbu, plus que je ne l'ai été de toute ma vie de chat fainéant), lorsque mon ami la masse de muscles déclare une pause bien méritée. Un miaulement indigné (et plutôt indigne de moi, d'ailleurs) m'échappe quand mes muscles protestent à cet arrêt impromptu. Je me secoue rapidement et entreprend l'immense tâche de tenter de rendre à mon poil son lustre naturel. Cette poussière, je vous le dis, aura ma peau (enfin mes poils... Vous avez compris, ne chipotez pas).

Une oreille se tourne avec un naturel déconcertant vers celui qui m'accompagne quand il se remet à parler. Ses mots me surprennent. Je crois y sentir une pointe d'irritation à mon encontre. A-t-il l'impression d'avoir tiré le mauvais numéro à la loterie de la vie? Qu'il se rassure, je me pose cette question depuis une paire d'années également. Mais, par tous les Dieux ayant jamais vu le jour, l'important, dans la vie, ce ne sont pas les cartes que vous avez tirées, mais ce que vous en faites. Cette métaphore m'arrache un rire sous houppelande (sous cape, ça n'a pas plus de sens, et puisque je n'ai pas de cape, et que je n'en vois pas l'intérêt...). Je tente de reprendre contenance (quand l'ai-je perdue?). Après tout, les clichés ont le poil dru... Ah non, la vie dure, au temps pour moi. En tous cas, j'ai l'impression que nous ne sommes pas partis sur de bonnes bases tous les deux. Et si nous devons compter l'un sur l'autre en cas de problème, autant savoir à quoi s'en tenir.

Je prends donc le parti de le prendre de façon humoristique et de laisser échapper mon rire habituel grinçant, en lien avec ma voix nasillarde, lorsque je l'interpelle:

"Je pense pouvoir me porter moi-même sur encore quelques centaines de mètres, si ce que j'aperçois là est bel et bien une ville. La perspective aurait de quoi donner des ailes..."

Peut mieux faire, mon chaton. Bon, ce n'est pas encore tout de suite que je lui prouverais que je ne suis pas aussi mou que j'en ai l'air. Étrange souhait, d'ailleurs, si vous me demandez mon avis. Et même si vous ne me le demandez pas. C'est encore ma tête, que je sache... Je disais donc que c'était étrange, puisque j'avais abandonné l'idée de plaire à qui que ce soit des années auparavant. Après tout, je suis ce que je suis, non? Si ça existe... Non, ça devient trop mystique, même pour moi. On verra ça une autre fois, là, j'ai juste envie de reprendre la route et d'atteindre cette ville, comprendre un peu ce qui nous attend, penser à autre chose. Les yeux plissés en une expression perplexe, la queue toujours battante, je me relève.

"On y retourne?"

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Chat-rpenteur sachant chasser sans son chat [PV Soren]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Cinq qui dominent :: Pracle, le Royaume Sacré :: Terres des Royaumes Sacrés-
Sauter vers: