Kobito Youko



 

Partagez | 
 

 Kobito Youko

Aller en bas 
AuteurMessage
Kobito Youko

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 25/07/2013

MessageSujet: Kobito Youko   Jeu 25 Juil - 18:10

PRÉSENTATION
d'un Arpenteur


YOUKO KOBITO

Nom : Youko.
Prénom : Kobito.
Surnom/Titre : Le Petit.
Age de la découverte, en équivalence humaine : Quelque chose comme une quinzaine d’années.
Race : Kitsune.


DESCRIPTION PHYSIQUE

Petit. C’est le premier mot qui vient à l’esprit lorsque l’on rencontre ce Kitsune minuscule, bien en dessous de la taille moyenne connue. Un enfant, dirait-on. Un renard nain au pelage roux, tenant debout et se rapprochant (en toute relativité) des humains, de par sa silhouette humanoïde. Cependant, Kobito présente également toutes les caractéristiques du goupil : des oreilles pointues et triangulaires au dessus de la tête, des yeux bruns aux reflets rouges, fendus d’une pupille verticale, un museau et une queue touffue, d’environ cinquante centimètres, dont le bout s’éclaircit vivement jusqu’à devenir blanc.
Ses mains, puisqu’il semblerait qu’on puisse les nommer ainsi, sont composées de cinq doigts aux griffes plus ou moins longues et acérées, et peuvent tenir des objets. Le plus important étant ce long bâton de bois qu’il transporte toujours avec lui, catalyseur indispensable pour son mana. Les anneaux dorés qu’il porte à l’oreille gauche marquent la place qu’il occupe au sein de son clan.


MANA – MAGIE ; VERT – ROUGE

Flore
Accélérer la croissance des végétaux et en planter là où il n’y a pas, c’est surtout à cela que sert cette affinité. Ce n’est pas un domaine très étendu mais il permet à Kobito de mieux maîtriser cette capacité que quelqu’un qui s’en servirait pour plus de choses. Ainsi, il est capable de créer des murs de végétation dense en relativement peu de temps, quand bien même cela lui demande effort et énergie, ou d’allonger les épines acérées des ronces environnantes pour se protéger, voire attaquer indirectement. Il est utile de préciser qu’il ne peut, en aucun cas, faire bouger ces plantes et qu’il n’influe que sur leur développement.
Terre élémentaire
Rendre le sol fertile pour planter ses végétaux, ouvrir des failles ou créer des murs de pierre relativement solides, voilà de quoi est capable Le Petit. Là non plus, ce n’est pas très étendu mais cela permet une meilleure connaissance de ces quelques aspects propres à cette branche du mana rouge. Il est bien entendu impossible pour le Kitsune de créer de la terre de nulle part ; il se contente ainsi de déformer celle présente sur les plans et de la remodeler plus ou moins à sa guise. Il est évidemment plus facile pour lui de modifier les propriétés d’un petit carré que d’une grande surface.



TEST RP

« Tu dois partir. Trouver ta voie, qui tu es vraiment. Tu dois te faire accepter par la Déesse. Ne reviens que quand tu sauras, au plus profond de toi. Ou ne reviens jamais. »

Ces mots résonnent dans ma tête, ils me guident. Je n’ai pas regardé une seule fois en arrière, je dois avancer. Me découvrir. Me perdre pour mieux me trouver. Je suis seul, comme le veut la tradition et j’avance, j’avance. Autour de moi, toujours la même chose : des arbres, encore et encore. Cela fait des années que j’attends ce moment, que j’observe, que j’apprends. Nombreux sont les Youko qui ne sont jamais revenus, qui se sont perdus, qui n’ont pas trouvé leur voie. Je ne veux pas faire partie de ceux-là, de ceux qu’on oublie et qui finissent même par disparaître de la mémoire de ceux qui les attendent. Je dois leur prouver, me prouver, ma valeur. Je dois leur montrer que je suis un Youko, un vrai. Je ne faillirais pas. Je n’ai pas le droit. Alors j’avance, sans faiblir.

Les semaines passent, les mois peut-être. J’ai perdu la notion du temps, il n’y a plus pour moi que ces deux soleils qui se lèvent et se couchent, seul signe de la course éternelle des jours qui défilent. M’ont-ils déjà oublié ? Certains de Ceux-qui-ont-trouvé on mis plusieurs années à revenir, serais-je comme eux ? Ceux-qui-attendent ont-ils déjà perdu espoir ?

Je m’arrête un instant, en appui sur ce bâton que j’ai trouvé au milieu de mon chemin, comme un appel, et j’écoute. Il n’y a que le bruit des feuilles qui bruissent, les pas discrets des animaux qui m’observent discrètement de loin, sans oser approcher. Il n’y a que le chant du vent dans les branches de ces arbres qui me paraissent immenses, qui s’étirent si haut que je ne peux voir leur cime. Ces titans de  bois que je connais depuis toujours et qui me paraissent pourtant étrangers dans cet endroit inconnu.

Je suis si loin de chez moi, de mon clan, de ma famille. La peur d’être de Ceux-qui-se-sont-perdus me serre le ventre mais je reprends ma marche. Je dois me trouver.

J’ai l’impression que cela fait une éternité que j’avance, me nourrissant des baies comestibles dont j’ai appris les caractéristiques depuis que je suis petit, et m’abreuvant de la pluie qui s’infiltre à travers le feuillage dense ou des petits ruisseaux qui croisent ma route. Une éternité à ressasser mes pensées les plus noires, à revoir les souvenirs des bons moments, à me demander si ma quête n’est pas vaine. Une éternité à douter. Est-ce que, parce que ma taille n’est pas dans la moyenne des Youko, je réussirais quand même à trouver ma voie ? J’ai peur de ne pas être à la hauteur.

J’ai peur aussi, car depuis que je suis parti, je n’ai rencontré aucun problème. La Déesse aurait-elle décidé de m’envoyer un obstacle plus important au lieu de plusieurs petits ?

Les jours passent et se ressemblent. Mes forces s’épuisent, ma volonté s’affaiblit. L’idée effrayante que je vais rejoindre Ceux-qui-se-sont-perdus devient de plus en plus présente dans mon esprit, insidieuse. Elle m’obsède.

Un bruit lourd. Je m’arrête, aux aguets. Est-ce là le signe tant attendu de la Déesse ? L’épreuve qu’elle m’envoie ? Et sous mes yeux s’avance le plus grand prédateur connu des Kitsune, un Youma aux dents longues. Celui que nous, les Youko, redoutons le plus. Je ne suis pas prêt pour ça, je ne veux pas mourir mais la terreur me paralyse. Je n’ai aucune chance. Aucune. Je n’ai pas la carrure de Ceux-qui-se-battent, je suis bien trop petit. Je pointe mon bâton en avant, droit vers le félin, mais mes mains tremblent. Ma queue est collée contre mes jambes, je n’ose plus respirer. Plus bouger.

Il bondit. Je vais mourir. Mais un dernier sursaut de conscience me fait réagir. Je tourne les talons et je cours, je cours pour ma vie, pour un dernier espoir de me trouver. Je ne lâche pas mon bâton, cette arme improvisée, et je m’y agrippe si fort, si fort. Je cours et j’entends derrière moi les pas lourds du Youma. Je sais qu’il joue, je devrais déjà être mort. Il s’amuse. Et j’entre dans son jeu en fuyant.

Alors je fais volte face, brusquement, comme une preuve de courage. Ou de stupidité. Mais au lieu de voir le félin éviter avec agilité le bâton que je pointe de façon peu convaincue devant moi, c’est un mur de terre et de ronces qui se dresse sous mes yeux. Pas très haut, à peine ma taille, mais le prédateur se le prend dans les pattes et trébuche. Je recule, effrayé. Les épines acérées se plantent dans sa chair et plus il se débat, plus elles s’enfoncent profondément.

Alors je comprends.
Je me suis trouvé.
Je suis un de Ceux-qui-contrôlent.


LE PLAN

Nom du plan : Shinrin.
Couleurs dominantes de mana : Vert – Rouge – Noir.
Habitants : Kitsune, Elfes, Dryades et quelques Nantukos.
Flore : Des arbres immenses, une végétation luxuriante mais qui ne se veut pas hostile. Importante présence de baies comestibles.
Faune : Assez diverse, sans plus. Animaux sauvages pour la plupart. Peu d’animaux dangereux même s’il en existe (Youma, par exemple).
Climat : Pluies relativement fréquentes, ce qui explique sans doute l’abondance de toute cette flore.
Autre : Deux soleils qui se lèvent et se couchent en même temps et qui ne sont de toute façon qu’à peine visible sous la frondaison des arbres qui peuplent la grosse majorité du territoire. Seule la luminosité variante indique leur course dans le ciel.

LES YOUKO

Race : Kitsune donc. Et parfaitement normaux.
Population, fonctionnement & croyances : C’est un clan dont les membres sont soudés et se considèrent tous comme une grande famille. Ils portent le nom de la Déesse en qui ils croient plus que tout et qu’ils estiment la Maîtresse de toute chose. Lors du passage à l’âge adulte, chaque Youko, qu’il soit fille ou garçon, se doit de « trouver sa voie » à travers un voyage initiatique. Quand ils reviennent, en fonction de ce qu’ils ont accompli pour se découvrir, ils sont alors « classés » dans différentes catégories. Les anneaux qu’ils portent ensuite à l’oreille gauche sont la marque de leur rang, de leur place dans le clan. On distingue Ceux-qui-se-battent (appelés aussi Ceux-qui-chassent), Ceux-qui-contrôlent (appelés aussi Ceux-qui-voyagent), Ceux-qui-commandent et enfin, Ceux-qui-restent (cette catégorie étant considérée comme la plus faible mais non la moins importante).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître de l'Æther
Maître du Jeu
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 06/06/2011

MessageSujet: Re: Kobito Youko   Sam 27 Juil - 14:53

Validé


Quel mignon petit Kitsunain. Un physique original pour un être de cette espèce, des pouvoirs bien trouvés, qui forment un tout cohérent (même si j'aurais nommé le premier "Croissance", mais c'est un détail). On comprend très bien le personnage à travers son test RP, même s'il est peut-être dommage que celui-ci manque d'un degré épique lors de l'apparition de l'étincelle. Bien que cela colle, encore une fois, à cette petite boule de poil. Belle initiative que de détailler le plan et le clan.
Bienvenue Kobito.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arpenteur.forumactif.com
 
Kobito Youko
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Origine :: La Fabrique d'Étincelles :: Arpenteurs Acceptés-
Sauter vers: